• Admin

Ballonné(e) ? Et si c'était le SIBO ?


Le SIBO (pour Small Intestine Bacterial Overgrowth) ou Prolifération Bactérienne de l'Intestin Grêle est, comme son nom l'indique, caractérisé par un développement significatif de la colonisation de l'intestin grêle par des bactéries appartenant habituellement à la flore du colon.


Les symptômes :


Douleurs abdominales

Ballonnements

Diarrhée / Constipation 

Gaz

Intolérance à certains aliments et nutriments, tels que le lactose, le gluten, le fructose ou la caféine

Fatigue importante

Carences en vitamines et minéraux, mais plus spécifiquement la vitamine B12.


Les causes :


- La prise répétée d'Inhibiteurs de la Pompe à Proton (IPP) En modifiant la production d'acide par l'estomac, et par conséquent la désinfection de son contenu, les IPP ont une influence directe sur la flore retrouvée dans l'intestin grêle

- La prise d'antibiotiques : Une étude dirigée par un groupe de chercheurs espagnols du Conseil Supérieur de Recherches Scientifiques (CSIC – Consejo Superior de Investigaciones Científicas), a permis de confirmer que les traitements antibiotiques modifient le microbiote intestinal. C’est la première fois qu’une analyse a été réalisée sur les bactéries, les gènes, les enzymes et les molécules qui caractérisent le microbiote intestinal d’un patient traité par certains antibiotiques. Les résultats ont montré que les antibiotiques provoquent des changements dans nos profils microbiens et métaboliques, et ceci dès les étapes initiales du traitement. L’étude montre une détérioration de la biodiversité du microbiote intestinal. Cette diversité peut atteindre des seuils très bas après 11 jours de traitement. Cependant, une fois le traitement terminé, en général le patient a tendance à retrouver un microbiote très similaire à celui qu’il possédait avant le traitement, 40 jours après la fin du traitement antibiotique.

- Une consommation excessive de sucre et de FODMAPs  : Une consommation excessive de sucre peut entraîner une pullulation bactérienne au niveau de l'intestin grêle avec une production importante de gaz (hydrogène) produit par les bactéries se nourrissant de ces sucres en excès. Parmi eux nous retrouvons les FODMAPs (Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides And Polyols ) sont des glucides fermentescibles à chaîne courte que l’on retrouve essentiellement dans les aliments suivants : Oligosaccharides : fructo-oligosaccharides (fructane, inuline) et galacto-oligosaccharide dans le blé, l’orge et le seigle, les oignons, poireaux, l’ail, l’échalote, les artichauts, la betterave rouge, le fenouil, les petits pois, la chicorée, les pistaches, les noix de cajou, les légumineuses, les lentilles et les pois chiches Disaccharides : lactose retrouvé dans le lait (et dérivés) la crème fraîche, les fromages frais, certains yaourts et crèmes glacées Monosaccharides : fructose ( lorsqu’il est en excès par rapport au glucose) trouvé dans les pommes, les poires, les mangues, les cerises, la pastèque, les asperges, les pois mange-tout, le miel, les sirops d‘isoglucose (sirop de maïs à haute teneur en fructose ( HFCS)) Polyols : (sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol) dans les pommes, les poires, les abricots, les cerises, les nectarines, les pêches, les prunes, les pastèques, les champignons, les choux-fleurs, le chewing-gum et sucreries diverses sans sucre.

- Déficit enzymatique : Le déficit en certaines enzymes telles que les Lactases et en Fructases sont rencontrés dans le SIBO, aggravés par la prise de FODMAPs cités précédemment.

- Le diabète de type I et II  : En modifiant la motilité de l'intestin via son action délétère sur le nerf vague, le diabète est une des cause de la prolifération bactérienne dans l'intestin grêle. (gastroparésie)


- La maladie de Parkinson  : Dans le cas de la maladie de Parkinson, nous retrouvons également une atteinte du nerf vague entraînant une gastroparésie responsable de SIBO

- La pancréatite chronique  : La Pancréatite chronique est une autre cause de SIBO, parce qu'elle réduit non seulement la motilité de l'intestin grêle dû à l'inflammation locale, mais nécessite également la gestion des narcotiques puissants.


- La consommation d'alcool : Une étude a montré un présence 2,6 fois plus importante dans le duodénum chez les sujets souffrants d'alcoolisme, essentiellement aérobies GRAM +


Diagnostic :


Le test respiratoire à l'Hydrogène permet de connaitre la réaction de la flore de l'intestin grêle et de déterminer une éventuelle prolifération bactérienne.

874 vues

Contact 06 64 63 02 82  - contact@santénaturelle.fr

  • Naturopathe Biarritz Bayonne Anglet